Festival Gaby Laboucarie 2019 :

Vous êtes une compagnie affiliée à la FNCTA et vous souhaitez vous inscrire ? Téléchargez ici la fiche d'inscription ainsi que le règlement de notre festival. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 janvier 2019.

Notre festival 2018 est passé : ce fut un beau festival : public nombreux et chaleureux, de beaux spectacles, de belles rencontres..... Pour mémoire vous pourrez retrouver le programme 2018 en cliquant ici.

Souhaitons autant de succès et de bons moments à partager pour notre festival 2019, qui se déroulera, comme toujours, le week-end de l’ascension, à savoir pour cette année 2019 du mercredi 29 mai au samedi 1er Juin 2019. Pour les compagnies désireuses de vivre cette belle aventure, nous attendons votre DVD !  

 

Retour sur l'édition 2018

 

 

Programme 2018

·        Mercredi 9 mai 2018 à 21h soirée d’ouverture gratuite « Pourquoi j’ai mangé papa » : comédie préhistorique, création de et par « Le Poil de la Bête » (04)

Spectacle très librement inspiré du roman de Roy Lewis « Pourquoi j’ai mangé papa ». Reprenant l’argument principal du livre, la confrontation du père et du fils autour de l’évolution, c’est cependant une création avec une réécriture bien à elle que la compagnie « Le Poil de la Bête » nous offre. Nous sommes bien à la préhistoire mais les personnages caricaturaux nous ramènent sans cesse à notre société contemporaine, soutenus en cela par les anachronismes et autres trouvailles de la mise en scène. Une réjouissante ouverture de notre festival ! (entrée gratuite ; durée : 1h15)

                                                                                                     

 

·       Jeudi 10 Mai 2018 :  

 

A 16h30 :   « Les rustres » : comédie de Carlo Goldoni par  « L’Atelier du Courant d’Air » (13) 

A Venise, c’est la folie du carnaval ! 3 maris ancrés dans des valeurs patriarcales dépassées, forcent femmes et enfants à vivre enfermés « à la maison ». Mais quand il s’agira de marier la fille d’un rustre avec le fils d’un encore plus rustre, les femmes rebelles et décidées vont prendre le pouvoir avec ingéniosité… 10 comédiens nous entrainent dans cette comédie joyeusement « féministe », écrite en 1760, par le « Molière italien », Carlo Goldoni. (durée : 1h30)                          

                                 

A 21h : « Migraaaants » docu-fiction de Matéi Visniec par « Le Théâtre de la Grimace » (13) 

Dans une succession de courtes scènes, nous suivons les destins croisés de réfugiés avec des passeurs, mais aussi des « vendeuses kitch de barbelés », des profiteurs, ou encore, des journalistes, des politiques, un couple des Balkans…. Dans une mise en scène fluide, 8 comédiens incarnent tour à tour les différents protagonistes. Une pièce forte, écrite en 2016, où l’usage de l’humour noir, parfois cynique, est un véritable contre-pied à l’actualité tragique que nous connaissons aujourd’hui. (A partir de 12 ans ; durée : 1h25)

  

 

 

·       Vendredi 11 Mai 2018 :

 

A 16h30 :   « Hors contrôle » : comédie dramatique de Didier Beaumont par le « Grain de Scène» (06) 

Claire, inspectrice des impôts, engoncée dans son métier, son tailleur et son célibat forcé, vient « contrôler » Alexandre, patron d’une petite entreprise en perdition…. Un texte entre humour et émotion…L’interprétation « au cordeau » des comédiens et l’introduction dans la mise en scène d’un 3ème personnage muet, énigmatique, nous font vivre un intense moment de théâtre (durée : 1h20)                         

                                 

A 21h : « Une semaine... pas plus » : comédie de boulevard de Clément Michel par «La Divine Comédie» (78) 

Paul fait croire à Sophie que son meilleur ami Martin, venant de perdre sa mère, va venir s’installer quelque temps chez eux. Il veut en réalité la quitter pensant que ce ménage à 3 fera exploser leur couple. Martin, pris au piège, accepte. Mais, ce sera une semaine,… pas plus !.... Embrouilles, pièges, quiproquos nous font vivre le plaisir d’une comédie de boulevard, interprétée par 3 comédiens, aussi drôles qu’attachants. (durée : 1h30)

 

 

·       Samedi 12 Mai 2018 :

 

A 16h30 : « Shakespeare or not ? » : comédie, création de et par la « Compagnie Théâtrale IL » (83) 

Cette création de la compagnie « Il » traverse deux comédies de Shakespeare : « Songe d’une nuit d’été » (1595) et « Les joyeuses commères de Windsor » (1597). Les 10 comédiens sont portés par une mise en scène inventive, avec une attention particulière à la scénographie, au son, à la lumière…Avec humour et fantaisie, nous entrons dans le versant comique et féérique de l’univers shakespearien  (durée : 1h20)                                                                    

 

A 21h : « Brindezingues » : comédie de mœurs de Gérard Levoyer par la « Compagnie Accordage » (34)  (à partir de 12 ans) 

Timanman vient de mourir, ses enfants se retrouvent à la ferme pour le partage des biens. Commence alors l’empoignade entre Dom, « pas bien fini de la tête », et ses deux vipères de sœurs…. Une comédie de mœurs, joyeusement incorrecte où la méchanceté la plus crue, voisine avec des moments d’émotions fortes et de scènes truculentes. Une mise en scène efficace portée par l’interprétation remarquable des 3 comédiens (durée : 1h30)

 

------------------------

                                                                                                     

Retour sur l'édition 2017

Organisé par le Comité Départemental du Théâtre Amateur des Hautes Alpes, représentant de la FNCTA (Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre Amateur et d’Animation) avec le concours de la mairie de Gap et du Conseil départemental des Hautes-Alpes.

7 pièces vous ont été présentées cette année. 

▪ « Panique au Ministère » (Mercredi 24 mai - 21h - durée : 1h30) de Jean Franco et Guillaume Mélanie par Les Comédiens des 4 Tours (Velaux -13) 

2010, sous la présidence de N. Sarkozy. Gabrielle, chef de cabinet au ministère de l’Education Nationale a une vie bien remplie entre sa charge de travail, sa mère déjantée et sa fille en quête d’indépendance. Devant faire avec son ministre pour le moins lunaire, serré de près par sa femme aussi exigeante que fatigante, il ne manquait que l’arrivée d’Éric, homme à tout faire pour que ce soit vraiment la panique au ministère…Une comédie de boulevard à laquelle la compagnie des Comédiens des 4 tours, a apporté le plus grand soin, décors compris, pour nous offrir, une magistrale ouverture de festival.

 

▪ « Les forains » (Jeudi 25 mai - 16h30 - durée : 1h35) de Stephan Wojtowitcz par la compagnie du Théâtre Entre Nous (Grasse - 06)

 

Par une nuit noire, descendus du train arrêté en rase campagne, deux égarés vont rejoindre le campement d’un trio de forains qui attend la réparation de son camion : une improbable rencontre d’où naîtront des échanges féroces et cocasses entre les « civilisés » du dehors et les « asociaux » du dedans. Fallait pas descendre… ! Que ce soit le texte, la mise en scène ou la conduite des 5 comédiens, tout concourt à nous fait vivre un excellent moment de théâtre.

  

▪ « Une heure et demie de retard » (Jeudi 25 mai - 21h - durée : 1h20) de Gérald Sibleyras et Jean Dell par la compagnie Les Fileurs d’Orties (Flassans sur Issole - 83)

Pierre et Laurence sont invités à dîner, mais au moment de partir, Laurence a besoin de parler. Ça tombe mal, le dîner est important. Mais rien n’y fait, Laurence est bien décidée à dire ce qu’elle a sur le cœur, et 30 ans de vie commune, ça vaut bien une heure et demie de retard… Une comédie au dialogue pétillant, dont les répliques font mouche, mais les comédiens savent aussi nous faire entendre, entre humour et tendresse, une touchante réflexion sur la vie à deux et le temps qui passe 

  

▪ « Rapt » (Vendredi 26 mai - 16h30 - durée : 1h20) d’Ahmed Madani par la compagnie Les Mani Manivel’ (Fréjus - 83) 

Au bout du rouleau, avec seulement un peu d’amour, mais sans travail, sans argent et sans avenir, Simone et Henri ont eu l’idée de kidnapper un vieux voisin célibataire, devenu subitement riche grâce à un jeu télévisé… Cette histoire de paumés jette sur l’exclusion un regard lucide et sévère mais aussi humoristique et généreux. Comédie à la fois drôle et pathétique, ce petit bijou d’humour noir est servi par un trio d’acteurs résolument engagés et talentueux.

 

▪ « Les Liaisons dangereuses » (Vendredi 26 mai - 21h - durée : 1h45 De Christopher Hampton, d’après Choderlos de Laclos, adaptation française de Jean-Claude Brisville, par la compagnie A p’Art Etre (Clamensane - 04)

La marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont se jouent de la société pudibonde dans laquelle ils vivent. Ensemble, ils forment un duo pervers entre jeu de séduction et rivalité destructrice. Remarquablement mis en scène et interprété par les 9 comédiens, l’adaptation du roman de Choderlos de Laclos, chef d’œuvre de la littérature française, écrit en 1782, nous entraîne dans les méandres de l’amour, du pouvoir, de la manipulation et du désespoir. 

  

▪ « La vie rêvée de nous » (Samedi 27 mai - 16h30 - durée : 1h) de et par Les Nez Nets et Compagnie (Nîmes - 30) 

Avec son côté plutôt vielle fille, Miss Pétula et son voisin, Jörje, un peu vieux garçon, sont faits pour se rencontrer mais un palier les sépare : Oseront-ils le franchir ? Leur rencontre ne restera-t-elle qu’un rêve ? … Avec une infinie tendresse, le thème de la solitude, du rêve, de la rencontre est abordé tout en finesse avec émotion et intelligence. Un réjouissant spectacle de théâtre-clown qu’on déguste comme une gourmandise dont on garde longtemps la subtile saveur. Spectacle pour tout public, enfants à partir de 7 ans.

  

▪ « La forêt » (Samedi 27 mai - 21h - durée : 2h) d’Alexandre Ostrovski par la compagnie du Théâtre Ad Libitum (Toulon - 83)

Dans la Russie du 19ème siècle, une riche veuve, plus toute jeune, veut s’attirer les faveurs d’un jeune arriviste, quitte à vendre les parcelles d’une forêt qui ne lui appartiennent pas vraiment. Flanqué de son acolyte, l’arrivée du neveu, comédien fantasque, et héritier légitime de la propriété, va venir déjouer ses plans… Dénonçant le monde de l’argent et des faux-semblants et donnant à l’art théâtral toute sa noblesse, cette comédie satirique, écrite en 1871, par le fondateur du théâtre russe contemporain est magnifiquement servie tant par la mise en scène que par la qualité du jeu des comédiens.